Menace terroriste, une douzaine de personnes de nationalités étrangères interpellées à Ouagadougou

Rédigé le Samedi 4 Juin 2016 à 19:17



Menace terroriste, une douzaine de personnes de nationalités étrangères interpellées à Ouagadougou
Une douzaine de personnes de personnes de nationalité étrangère ont été interpelées jeudi à Ouagadougou, a annoncé le ministre en charge de la sécurité Simon Compaoré.
 
‘’La gendarmerie, appuyée par les autres forces de défense et de sécurité, notamment l’armée, qui a interpellé une douzaine de personnes de nationalité étrangère’’, a déclaré à la presse M. Compaoré ; précisant que ‘’ces arrestations rentrent dans le cadre de la sécurisation du territoire’’.
 
Les forces de l’ordre ont procédé à leur interrogatoire et très bientôt il y aura une communication là-dessus, a précisé le ministre, qui a prévenu ‘’ceux qui logent des gens qui viennent d’ailleurs sans les connaître qu’ils encourent eux-mêmes un risque’’.
 
Lundi, 6 personnes de nationalités étrangères, soupçonnés d’être des complices des auteurs des attentats terroristes de Ouagadougou qui avaient fait 30 morts en mi-janvier, ont été arrêtés.
 
Selon les premiers éléments de l'enquête, ces derniers auraient hébergé et facilité l'action des auteurs de l'attentat de Ouagadougou Rechercher Ouagadougou du 15 janvier et seraient en liaison avec le cerveau des attentats, lui toujours recherché.
 
‘’Toutes les arrestations qui s’opèrent actuellement visent à nous éviter d’être désagréablement surpris une fois de plus’’ a indiqué M. Compaoré, selon qui ‘’il faudra désormais chercher à savoir d’où viennent vos étrangers et que viennent-ils faire ici’’.
 
Selon lui, ‘’des gens viennent faire des repérages, ils repartent pour revenir ensuite frapper. Que tous ceux qui sont tentés de faire ça sachent que nous allons les traquer où qu’ils se trouvent’’.
 
Des mouvements de militaires autour du camp militaire Sangoulé Sangoulé Lamizana de Ouagadougou avaient fait courir des rumeurs d’une attaque terroriste. Le ministre Simon Compaoré a rassuré l’opinion qu’il ne s’agit pas d’une tentative d’attaque mais d’opération d’interpellation de personnes suspectes.
 
Le Burkina est la cible de plusieurs opérations jihadistes, ayant fait plusieurs victimes, ces derniers mois.